Télécharger le questionnaire

mardi 30 juin 2009

Disparition du ministère du logement !!

Il est des choix qui en disent long sur l’importance qu’un président de la République accorde à tel ou tel enjeu de société !
On savait Nicolas Sarkozy plus enclin à favoriser le « tous propriétaires » que la promotion du logement social, pour sortir de la très grave crise du logement qui secoue notre pays.
Avec la suppression pure et simple du ministère du Logement, le remaniement gouvernemental confirme le choix assumé du désengagement de l’Etat.
En confiant à Benoist Apparu un secrétariat d’état au logement – et non un ministère – les locataires, les demandeurs et tous les gens qui souffrent du mal logement ne peuvent que s’interroger sur la signification d’un tel recul dans la prise en compte de la question du logement dans les priorités gouvernementales.
Que faut-il en déduire ? Que la crise du logement serait résolue ? Que ce qui reste à faire, c’est la mise en œuvre de la loi MOLLE – loi Boutin – qui démantèle le logement social ?
Dans l’un ou l’autre cas il n’y a pas besoin de faire appel à un spécialiste du logement, mais à un libéral convaincu, capable de mettre en œuvre la rupture présidentielle en matière de logement.
On aurait pu s’attendre à ce que le nouveau secrétaire d’Etat au Logement, porte une attention particulière aux millions de français qui souffrent du mal-logement, en annonçant :
le logement comme grande cause et priorité nationale, à laquelle il convient d’accorder les moyens nécessaires,
l’augmentation du budget du logement à 2% du PIB,
l’engagement immédiat d’un plan de construction massive de 180 000 logements sociaux par an,
le blocage des loyers et l’inclusion des charges dans le calcul des APL.
Au lieu de cela, le nouveau secrétaire d’Etat a consacré sa première déclaration aux efforts à faire sur les économies d’énergies et le développement durable. Préoccupations certes essentielles, mais qui ne valent que si les aides de l’Etat au logement dans leur ensemble progressent à la hauteur des besoins. Ce qui n’est pas le cas cette année et encore moins pour 2010 puisque les prévisions gouvernementales du budget du logement se situent à hauteur de 350 millions d’€. Soit une contribution bien inférieure à celle des collectivités.
L’Association nationale des Elus Communistes et Républicains qui appelle au rassemblement et à la mobilisation pour exiger l’abrogation de la loi Boutin va s’adresser à Mr Apparu afin de le rencontrer rapidement et lui faire part de ses propositions.
le 26 juin 2009.

lundi 22 juin 2009

Elections européennes dans le Grésivaudan


Globalement la participation concernant les 5 cantons réunis (Touvet, Goncelin, St Ismier, Domène et Allevard) suit la tendance générale. Elle passe de 44% en 2004 à 41% en 2009. La liste Europe écologie a presque triplé son score dans certains cantons comme à St Ismier. Elle a largement doublé le nombre de voix dans les autres cantons. Le Front National victime du siphonage façon Sarkozy aux présidentielles ne retrouve pas, loin s’en faut, son score des précédentes européennes. Le Parti Socialiste subit plus que tout autre la tendance nationale avec un effondrement en passant de 9531 voix à 5313. Le MODEM est soumis au même régime avec un net affaiblissement qui profite sans doute à l’UMP. Dans ce panorama électoral et malgré la baisse de participation, le NPA progresse en nombre de voix. Quant au Front de gauche, lui aussi fait mieux que le PCF aux européennes de 2004. Il passe de 1766 voix en 2004 à 2278 pour cette élection. Notons aussi un canton de Goncelin qui a pulvérisé le record d’abstention avec un taux de 74% (si le DL dit vrai). Il faut aussi remarquer un vote FN qui persiste à un niveau important dans le canton d’Allevard.
Dans ce contexte nouveau, on peut apprécier la baisse d’influence du PS qui devrait le conduire vers une moindre volonté d’hégémonie. Le Modem qui occupait le centre de la vie politique risque de se voir disputer la place par Europe écologie. Il faut toutefois être nuancé quant au vote vert qui est plus complexe qu’en son apparence. Pôle centriste et pôle antilibéral semble en effet constitué une part substantielle de ce vote. Le front de gauche, malgré un progrès par rapport au résultat du PCF en 2004 fait un résultat qui reste modeste. La nécessité de travailler à son élargissement à son renforcement s’impose. Les élections régionales seront l’occasion de confirmer cette orientation en faveur d’un rassemblement des forces de transformation sociale.

mardi 2 juin 2009

¨Fête du Travailleur Alpin


Pour le 80e anniversaire de la fête du Travailleur Alpin, la Section PCF du Grésivaudan aura comme toutes les années sont stand restaurant est sera heureuse de vous rencontrer du 26 au 28 juin au parc de la Poya à Fontaine.